2018 était annoncée comme l’année de l’intelligence artificielle (IA). Une promesse tenue, l’IA étant sur toutes les lèvres notamment lors du Cristal à Samoëns en décembre 2018. Qu’en sera-t-il en 2019 ? Quels sont les défis à relever pour les marques en la matière ? La réponse de Brieuc Barthélemy, expert en stratégie opérationnelle IT et intervenant à l’ECS Bruxelles.

Brieuc Barthélemy Culture Formations

Pourquoi dit-on que 2018 fut l’année de l’intelligence artificielle ?

Brieuc Barthélemy. On parle de l’IA depuis les années 1950 mais nous sommes actuellement en plein boom car on commence à recevoir suffisamment de données pour l’exploiter. L’IA a besoin de données pour prendre des décisions, elle utilise les expériences du passé pour prédire l’avenir. Cependant, je pense que les marques et le marketing commencent seulement à s’en servir mais ne l’exploitent pas encore suffisamment.

Que faudrait-il pour que les marques utilisent mieux l’IA ?

Brieuc Barthélemy. En lisant les journaux, on a l’impression que l’intelligence artificielle est un outil très sexy et facile à appréhender. C’est que c’est facile à expliquer, mais cela reste très compliqué à utiliser de manière pertinente. Pour cela, les marques ont besoin de se rapprocher davantage des départements IT et des informaticiens. Ces deux secteurs ne se parlent généralement pas car ils n’ont pas le même langage et considèrent qu’ils vivent dans deux mondes opposés. Généralement, les communicants font appel à une agence digitale pour créer des plateformes ou des campagnes sur le web. Les banques ont par exemple très bien compris l’intérêt de communiquer avec l’IT car elles ont besoin d’outils ultra-sécurisés. A l’avenir, les secteurs du marketing et de l’informatique devront travailler ensemble pour exploiter au mieux l’IA.

Toutes les marques peuvent-elles avoir accès à cette technologie ?

Brieuc Barthélemy. L’intelligence artificielle en soi n’est pas inaccessible. Ce qui coûte cher, c’est la donnée à exploiter et surtout la donnée nettoyée. Pour donner un exemple simple, dans les fichiers clients, il faut que toutes les dates de naissance soient écrites de la même manière, sinon on ne pourra pas les utiliser. Le traitement des données prend du temps d’abord pour les acquérir et ensuite pour les nettoyer. Ce n’est pas pour rien que Google et Amazon sont les plus avancés sur la question. Le moteur de recherche a accumulé plus de 20 ans de données pour pouvoir développer une telle expertise.

Selon vous, quelle sera la tendance IA en 2019 ?

Brieuc Barthélemy. Je pense que le machine learning doit prendre une place importante dans la stratégie des marques. Les annonceurs et distributeurs ont besoin de bien connaître leur client afin de leur faire des recommandations percutantes et personnalisées, en temps réel, que ce soit en boutique ou en ligne. L’objectif étant de vendre des choses vraiment utiles aux clients. C’est ce que fait déjà très bien Amazon.

Quelle place peut avoir l’IA dans la prise de décision stratégique des entreprises ?

Brieuc Barthélemy. Les marques n’ont pas encore compris que c’est grâce à l’IA qu’elles vont pouvoir assurer leur futur. Elles considèrent que cette technologie coûte trop cher et prend du temps. C’est pourtant un très bon investissement. Ainsi, la business intelligence (l’analyse des données grâce à l’intelligence artificielle) est primordiale dans la prise de décisions, puisqu’elle permet de ne plus s’appuyer seulement sur des idées et de l’intuition mais sur des chiffres et des faits concrets. Cependant, pour que cela fonctionne bien et soit efficace, cela nécessite du temps et, encore une fois, l’intervention de spécialistes, des informaticiens qui vont donner à la machines les bonnes informations pour obtenir un résultat pertinent.

Propos recueillis par Mélodie Moulin

Article précédent Article suivant