Agence de communication installée à Montpellier, Wonderful s’intéresse particulièrement au secteur de l’agro-alimentaire. Elle vient de publier un livre blanc pour identifier les tendances en termes de communication. Explications de Nicolas Bermond, directeur général adjoint.

Pourquoi réaliser un livre blanc sur la nourriture ?

Le secteur de l’agro-alimentaire évolue très rapidement, en parallèle des nouvelles habitudes de consommation et des problèmes sociétaux comme les pesticides, la rémunération des agriculteurs. En tant qu’agence de communication spécialisée dans l’agro-alimentaire, il est essentiel pour nous de rester au fait de ces évolutions. Nous avons donc voulu à travers ce livre blanc prendre un peu de recul pour regarder les tendances de consommation et comment les marques doivent s’y adapter.

Quelles sont les grandes tendances en matière de nourriture ?

Dans le livre blanc, nous avons pu dégager quatre grands piliers pour aider les marques à réussir leur communication :

1) Happy food

A travers le packaging mais aussi les produits très colorés, la nourriture permet de jouer sur les émotions et d’avoir des interactions avec les consommateurs, notamment sur les réseaux sociaux. On voit émerger des idées de plus en plus inspirantes et positives dans les assiettes avec l’apparition de concepts de restaurant qui revisitent par exemple les classiques (les éclairs ou encore les hot dog).

2) La clean food

Il s’agit d’une tendance émergente qui consiste à proposer de la nourriture la plus « propre » possible. C’est notamment la mode du sans gluten, sans additifs mais pas seulement. Cette tendance va plus loin avec l’analyse plus approfondie des aliments que l’on consomme grâce à de nombreuses applications. Cela nécessite pour les marques d’adapter leur communication mais aussi leur produit. C’est un changement de fond difficile à gérer mais nécessaire.

3) La green food

C’est la tendance la plus répandue, le végétal faisant un retour phénoménal sur le marché. Même les marques vendant du chocolat ou de la charcuterie notamment doivent s’adapter à cette tendance en changeant leurs produits ou en mettant en avant les atouts végétaux. On voit par exemple apparaître du chocolat à base de légume. De nombreuses start-up se lance sur le marché en proposant notamment des fermes en circuit court. Attention, il ne faut pas confondre la green food avec la clean food, cette dernière n’étant pas forcément liée au végétal — on peut consommer de la viande tout en s’assurant de sa provenance et du traitement des animaux.

4) La food citoyenne

Il s’agit de la tendance la moins explorée dans les études actuelles. Elle est pourtant très importante car elle valorise les marques et les actions faites pour remettre l’alimentation au centre des préoccupations sociétales (le chômage, la santé, la répartition du territoire, etc.). Certaines marques essaient de valoriser leur engagement citoyen autour de la food, comme les cafés joyeux dont les salariés sont uniquement des personnes en situation de handicap mental ou encore de nouveaux concepts qui favorise la réinsertion des seniors pour partager leurs « recettes de grands-mères ». C’est une tendance de fond assez française de vouloir lier les gens et régler les problèmes sociétaux avec de la nourriture. Les marques ne peuvent pas y passer à côté.

Nicolas Bermond food communication

Quelles sont les marques qui utilisent le mieux ces piliers ?

Nous estimons que la marque idéale est celle qui se retrouve un peu dans chaque de ces piliers. Ce n’est pas évident et nous pensons que ce sont ces tendances qui vont structurer la communication agro-alimentaire pendant quelques temps. Toutes les marques doivent donc s’y adapter. Beaucoup de start-up se lancent sur ces tendances, nous les listons d’ailleurs dans le livre blanc. Cependant, nous retrouvons aussi de nombreux exemples de grandes marques qui s’adaptent rapidement et qui deviennent de bons exemples. Il reste toutefois encore beaucoup d’efforts pour regagner la confiance des consommateurs.

Comment se procurer le livre blanc « Demain la food » ?

Le livre blanc n’est pas encore en téléchargement libre mais vous pouvez m’envoyer un message pour que je vous le transmette.

Propos recueillis par Mélodie Moulin

Article précédent Article suivant