Les recruteurs recherchent des jeunes expérimentés. Il faut pourtant bien une première fois à tout… Voici quelques astuces pour enrichir votre CV avec des premières expériences professionnelles significatives.

Après la théorie et les exercices en cours, place à la pratique. En effet, la seule ligne de votre formation sur votre CV ne suffira pas pour faire rêver un recruteur. Même si vous n’avez pas des années d’expérience professionnelle, les entreprises recherchent chez les étudiants et les jeunes diplômés du dynamisme, de la prise d’initiative, de l’investissement. Comment prouver votre bonne volonté ? En vous entraînant, multipliant les stages et les participations à de multiples projets.

Jouez au professionnel

entrainement experience professionnelle culture formations

« Vous seriez mort de rire si vous écoutiez mon premier commentaire. A l’école, on me surnommait Télécomfunèbre parce que j’avais un ton grave et monocorde. »

Grégoire Margotton en a fait du chemin pour passer de Télécomfunèbre à la voix des Bleus sur TF1 ! Son secret ? De l’entraînement. Fadhila Brahimi, spécialiste du personal branding, ne vous dira pas le contraire :

« Pourquoi n’utilisez-vous pas les plateformes pour vous exprimer et vous essayer avant d’entrer sur le marché de l’emploi ? Par exemple, un jeune journaliste aura une vraie valeur ajoutée s’il se présente devant un recruteur en montrant ses propres publications (un blog, des postcasts audio ou des vidéos). Même si votre travail n’est pas toujours parfait, il montre que vous êtes déterminé à réussir. »

Autre atout considérable : vous pourrez peut-être être remarqué par une entreprise à l’instar de ces jeunes qui ont créé de fausses publicités. Ainsi, à 17 ans, le jeune Nick Jablonka a été contacté par l’agence W communications suite à la diffusion sur les réseaux sociaux de son court-métrage « The Snowglobe ».

Être toujours partant

experience professionnelle projet bénévole culture formations

L’école vous propose de participer à un projet ? Un concours est ouvert aux étudiants ? Un professionnel/camarade de classe/enseignant vous demande de l’aide sur un dossier ? De multiples occasions se présentent à vous chaque année. C’est l’occasion de vous exercer, faire vos preuves et acquérir de l’expérience professionnelle. Ne passez pas à côté et saisissez toutes les opportunités pour vous porter volontaire. Bien entendu, il ne s’agit pas de vous faire exploiter. Sachez donc détecter les arnaques des bons plans.

Multipliez les études de cas

Que vous soyez étudiants en journalisme, communication ou digital, ce ne sont pas les occasions qui manquent. D’un côté, les écoles multiplient les points de contacts avec les entreprises par le biais notamment d’études de cas. C’est d’ailleurs grâce à ce genre d’exercices que Diane Trenteseau a obtenu un stage à l’OTAN puis son premier contrat de travail. D’autres ont gagné un séjour à Québec lors de la semaine du digital. D’autres encore ont reçu une récompense lors du Grand Prix Stratégies du Marketing Digital, après une compétition inter-écoles.

Osez participer à des concours

En dehors du cadre scolaire, il existe également de nombreux concours et prix ouverts aux étudiants. Dans le domaine du journalisme, le Chemical World Tour est l’opportunité de tourner un reportage avec la fameuse agence de production Capa. Le Prix François Chalais récompense également les jeunes reporters dans cinq catégories (photo, web, presse écrite, radio et télévision). Dans le domaine de la communication et du digital, de nombreuses compétitions existent à l’instar des Chatons d’or, le festival de la nouvelle économie créative.

Surtout, ne pensez pas que ce n’est pas fait pour vous et que vous n’avez pas le niveau. Tout comme vous, Valentine Zeler, étudiante en 2e année de journalisme, n’y croyait pas. Elle a pourtant participer au Pris François Chalais « pour ne pas avoir de regret ». Résultat : elle a remporté le prix photo ainsi qu’un stage à l’AFP. Alors, à qui le tour ?

Mettre les pieds à l’étrier

culture formations experience professionnelle stage entreprise

Enfin, une fois que vous aurez acquis un minimum de compétences, il sera temps pour vous d’entrer de plein pied dans le monde de l’entreprise. Les plannings des écoles sont fait de manière à vous laisser du temps pour un stage en entreprise ou une alternance. Profitez de ces moments pour multiplier les expériences à travers de vrais stages, où vous pourrez mettre véritablement la main à la pâte.

« Ce sont les stages qui forment le plus, surtout quand on est dans une petite structure car on a besoin de vous et on touche à tout », Redwane Telha, journaliste à France Inter.

Pour ceux qui préfèrent l’indépendance, sachez qu’il est tout à fait possible de se mettre à son propre compte, même en tant qu’étudiant. Le statut d’auto-entrepreneur est d’ailleurs bien adapté pour se lancer en freelance. Certaines plateformes comme Braineed s’occupent même de vous mettre en relation avec des clients potentiels.

Les plus intrépides iront jusqu’à créer leur propre entreprise. Ainsi, Jérémy Foucray et Pierre Koob, étudiants à l’ECS Bruxelles, sont aussi fondateur de l’agence de communication Mercury. En France, le statut étudiant-entrepreneur offre certaines facilités aux jeunes chefs d’entreprise. De plus, vos écoles pourront vous accompagner en vous prêtant des locaux, fournissant du matériel, donnant des conseils et faisant jouer leurs contacts. Bref, si vous avez l’idée d’un concept original, osez vous lancer !

Mélodie Moulin

Retrouvez les autres articles du dossier sur la rentrée 2017 :

Article précédent Article suivant