Mardi, près de 150 000 lycéens n’avaient pas encore reçu de proposition d’affectation ou étaient encore sur liste d’attente sur Parcoursup. La plate-forme d’orientation n’est toutefois pas le seul moyen de s’inscrire dans le supérieur. Certaines formations recrutent hors Parcoursup.

Voeux refusés ou sur liste d’attente. A chaque fois que vous vous connectez sur votre compte Parcoursup, la même boule vous sert le ventre. Demain, les résultats du bac tomberont et, bachelier ou non, vous n’avez toujours pas de formations pour la rentrée, à l’instar des quelques 149 689 autres lycéens annoncés mardi dernier par le ministère de l’Education nationale. Entre vos parents qui vous tombent sur le dos chaque matin pour savoir où vous en êtes et la perspective de passer des vacances d’été cauchemardesques, il devient urgent de trouver une solution pour septembre. Déçu de Parcoursup ? Plusieurs solutions s’offrent à vous entre procédure complémentaire, formations hors Parcoursup ou encore année de césure.

Pour les aficionados de Parcoursup

parcoursup procédure complémentaire

Vous n’avez pas dit votre dernier mot avec Parcoursup ! Si la plate-forme vous résiste, vous êtes persuadé que vous gagnerez gain de cause avec de la patience (le maître-mot de cette nouvelle procédure d’admission) et de la ténacité. Les chances d’intégrer la ou les formations dont vous rêvez ne sont en effet pas encore toutes tombées. Avec les résultats du bac le 6 juillet, tout peut encore changer, des places peuvent se libérer à votre avantage.

Vous pouvez aussi participer à la procédure complémentaire ouverte depuis le 26 juin jusqu’au 21 septembre. Cette nouvelle phase d’admission est ouverte à tous les lycéens (ceux qui n’ont pas reçu de proposition, ceux qui en ont accepté une pendant la phase principale, ceux qui n’ont pas fait de vœux avant le 31 mars et ceux qui ne s’étaient même pas inscrits). Chacun a la possibilité de faire 10 vœux parmi les formations restantes. A savoir : les formations apparaissent et disparaissent en fonction des places vacantes et des désistements. N’hésitez pas à vous rendre régulièrement sur le site pour découvrir les potentiels changements.

Ne négligez pas les écoles hors Parcoursup

ecoles hors parcoursup culture formations

Le problème avec la procédure complémentaire est qu’il ne reste que certaines formations et vous risquez de faire un choix « par défaut ». Si vous n’êtes pas à l’abri d’une bonne surprise, vous risquez de perdre un an et de vous réorienter l’année prochaine. Autant faire VRAIMENT ce que vous voulez tout de suite, même si cela signifie ne pas passer par la plate-forme Parcoursup. En effet, plusieurs établissements ne font pas partie du système, soit parce qu’il s’agit d’établissements privés, soit par choix comme notamment les écoles de management qui ont quitté le système pour plus de souplesse en créant leurs propres procédures d’admission. Ne pas être intégrée à la plate-forme mise en place par le ministère de l’Education nationale ne signifie donc pas que la formation n’est pas de qualité. Vérifiez cependant si le cursus est reconnu par l’Etat et délivre bien des crédits ECTS — primordiaux pour poursuivre vos études en France ou en Europe. dans cette option cependant, pas de centralisation sur un même site, il faudra aller voir chaque école individuellement pour connaître leur procédure d’admission et envoyer votre dossier de candidature.

L’avantage des écoles hors Parcoursup est qu’elles sont généralement spécialisées et très professionnalisantes. Web, informatique, ressources humaines, commerce, tourisme, communication, design, journalisme… Les spécialités ne manquent pas et la plupart des secteurs sont représentés. Vous devriez pouvoir trouver une alternative à votre plan initial. Si le secteur vous plaît, vous aurez ainsi la certitude d’entrer très rapidement dans le vif du sujet et de mettre la main à la pâte à travers des exercices pratiques, des stages voire même de l’alternance. Cette dernière option présente un double avantage : financier d’un côté (vous bénéficiez d’un salaire et les frais de scolarité sont pris en charge par l’entreprise) et de l’autre la possibilité d’acquérir de l’expérience professionnelle tout en étant étudiant. Une belle opportunité à condition que vous choisissiez bien le secteur.

Exemples d’écoles qui recrutent encore hors Parcoursup

  • Dans le domaine du journalisme, l’IEJ propose des formations en trois ans pour découvrir les techniques du journalisme dans les différents médias (TV, radio, presse écrite, web).
  • Si vous êtes plutôt tenté par le monde de la communication, l’ECS propose un Bachelor en 3 ans pour découvrir tous les aspects de la com’ et de la publicité. De son côté, l’EPH s’adresse aux étudiants souhaitant des études courtes avec des BTS (en deux ans), en communication, événementiel et tourisme.
  • Vous avez un petit côté geek ? L’informatique et les métiers du digital vous tendent les bras. L’école IRIS propose notamment des BTS en informatique. #SUPDEWEB forme en trois ans des pro du webdesign, du e-commerce, du développement et du web-marketing.
  • Vous êtes plutôt luxe, mode et beauté et aimeriez travailler dans les grandes maisons de luxe ou bien dans une start-up spécialisée dans le haut de gamme ? Paris School of Luxury ouvre ses portes en septembre et propose une formation en 3 ou 5 ans directement après le bac.
  • Enfin, avec l’ETS, vous disposez d’un large choix de BTS dans des domaines variés comme le commerce, la comptabilité, l’immobilier, etc.

Se laisser le temps avec une année de césure

Cesure orientation parcoursup

Et si le fait de ne pas avoir trouver de formation pour l’année prochaine était l’occasion de faire un pause dans vos études et de réfléchir à ce que vous souhaitez faire de votre avenir ? Prendre une année de césure peut faire peur et peut représenter un véritable danger si elle n’est pas minutieusement préparée et réfléchie. L’objectif n’est pas de prendre une année sabbatique, les pieds en éventail sur la plage. Au contraire, cette année de césure, pour être bénéfique, doit être une année de travail. C’est l’occasion de mettre à profit ce temps pour faire différents stages et découvrir ce que vous voulez vraiment faire ou bien de prendre un petit boulot pour mettre de l’argent de côté (un moyen pratique de financer ses études), acquérir une première expérience professionnelle et vous familiariser avec la culture d’entreprise. Autre option : partir quelques mois à l’étranger pour vous ouvrir l’esprit, renforcer votre maîtrise des langues étrangères et montrer vos capacités de débrouillardise dans des situations inconnues.

Vous l’aurez compris, les options sont nombreuses. Toutes présentent de multiples avantages et vous permettront d‘éclaircir votre projet professionnel et de gagner en maturité. Cependant, si vous choisissez de faire un break dans vos études, ne vous reposez surtout pas sur vos lauriers et élaborez un calendrier précis des activités que vous allez suivre, au risque de ne rien faire du tout. Gardez en tête que l’objectif est de reprendre vos études l’année suivante, soit en postulant à nouveau dans une formation où vous n’avez pas été accepté soit en prenant le temps de chercher un cursus qui vous corresponde. Si votre année de césure est bien réfléchie et organisée, elle constituera un atout considérable dans votre dossier de candidature et vous permettra peut-être d’ouvrir des portes que vous n’aviez pas réussi à entrouvrir à la sortie du lycée. Enfin, si une année vous semble trop long et si vous avez peur de ne pas pouvoir raccrocher aux études après cette période, vous pouvez opter pour un semestre de césure. Il est en effet possible depuis quelques années d’intégrer des formations en cours de route grâce au système de la rentrée décalée (de janvier à mars).

Quelque soit votre choix, gardez à l’esprit que toute décision n’est pas définitive. S’il est plus agréable de trouver sa voie du premier coup, il n’est pas interdit de se tromper et de se ré-orienter, quitte à perdre une année. L’enseignement supérieur français a l’avantage d’être très large et hétéroclite. Il y a forcément une formation ou un métier qui vous correspond. Pour cela, posez-vous les bonnes questions, demandez-vous ce que vous aimez et n’aimez pas. Certes, c’est plus facile à dire qu’à faire et cela prend plus temps pour certains qu’à d’autres. Chacun son rythme donc et bon courage !

Mélodie Moulin

 

 

Article précédent Article suivant