Un nouveau label entre dans le vocabulaire des organismes de formation : le référencement Datadock. Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça change pour vous et pour les écoles ?

Pour choisir votre école, différents critères sont à prendre en compte : est-elle reconnue par l’Etat ? La formation est-elle inscrite au RNCP niveau I ou II ? Depuis quelques semaines, un nouveau label est apparu : le référencement Datadock. Par exemple, sur le site de l’ECS Paris, on peut désormais lire :

ECS Paris datadock culture formations

Datadock, qu’est-ce que c’est ?

Pour comprendre ce qu’est le Datadock, il est nécessaire de revenir un peu en arrière. Il existe, en France, 20 OPCA (Organisme paritaire collecteur agréé) répartis en fonction des secteurs d’activité. Le rôle de ces OPCA est de récolter l’argent des entreprises pour payer les organismes de formation professionnelle. En d’autres termes, ce sont eux qui financent vos frais de scolarité lorsque vous êtes en alternance (ou en formation continue si vous êtes salarié). Depuis 2014, l’Etat a confié à tous les financeurs la mission de contrôler la qualité des organismes de formation avec lesquels ils travaillent. Aussi, pour éviter que chaque OPCA opère de son côté une vérification sur chaque établissement, ils ont décidé de mutualiser leurs efforts en créant un « entrepôt de données » : Datadock, c’est-à-dire une plateforme commune à tous les OPCA où les organismes de formation (OF) déposent leur dossier à certifier.

Datadock, comment ça marche ?

A partir de 2017, toutes les formations professionnelles doivent être référencées sur Datadock pour être financées. Pour cela, les OF doivent remplir sur le site un dossier précis, pour vérifier s’ils sont conformes aux critères de qualité définis par le décret d’application de 2015.

La procédure administrative peut se révéler longue et fastidieuse. En effet, les OF doivent, en plus de répondre à des questions, apporter la preuve de ce qu’ils avancent (programme détaillé de la formation, CVthèque à jour des formateurs, taux d’insertion des diplômés, taux de réussite aux examens, etc.) En tout, la formation doit cocher les cases de 6 critères déclinés en 21 indicateurs :

  1. Identification précise des objectifs de la formation et son adaptation au public formé
  2. Adaptation des dispositifs d’accueil, du suivi pédagogique et d’évaluation aux publics
  3. Adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement à l’offre de formation
  4. Qualification professionnelle et formation continue des personnes chargées des formations
  5. Conditions d’information du public sur l’offre de formation, ses délais d’accès et les résultats obtenus
  6. Prise en compte des appréciations rendues par les stagiaires

Une fois le dossier complet, les OPCA étudient ensemble la candidature et la valident si elle est conforme aux 6 critères. Dans ce cas, on dit que l’OF est « référençable ». Chaque OPCA pourra avoir accès à ses informations et référencer l’établissement dans son propre catalogue.

Datadock, un gage de qualité ?

A l’origine, la base de données Datadock doit permettre d’améliorer la lisibilité des formations professionnelles. Mais pour les entreprises et pour les étudiants, Datadock représente plutôt un gage de crédibilité et de qualité. En effet, seuls les OF sérieux peuvent répondre et fournir les justificatifs nécessaires pour valider les 21 indicateurs de qualités fixés par le loi du 5 mars 2014 et son décret d’application du 30 juin 2015. Ainsi, en juillet dernier, sur les 73 000 organismes de formation en France, plus de 39 000 étaient inscrits sur Datadock et seulement 9 671 étaient dits « référençables » (Source: GIE D2OF, communiqué de presse du 13/07/2017).

Mélodie Moulin

Article précédent Article suivant