Dix étudiants en chimie et en journalisme sont partis à la découverte de l’industrie du futur pour la 5e édition du Chemical World Tour.

Dangereuse et polluante. La vision des étudiants — et des Français en général — en ce qui concerne la chimie est souvent biaisée. Pour redorer l’image du secteur, l’Union des Industries chimiques (UIC) et la Fondation de la Maison de la Chimie ont créé, en 2010, le Chemical World Tour. Caméra au point et supervisés par l’agence de production Capa, des étudiants en chimie et en journalisme partent chaque année à la rencontre des entreprises dans l’optique de réaliser un reportage vidéo. Pour la 5e édition, le thème portait sur l’industrie du futur made in France.

Cette année, les étudiants ont ainsi pu découvrir des innovations technologiques comme l’impression 3D, la micro-réaction dans le domaine du cosmétique, l’agriculture connectée ou encore la valorisation du CO2 émis par les usines. « Il s’agit de thématiques traitées quotidiennement dans les médias mais très souvent sous leur aspect économique. Au contraire, les étudiants les ont abordés sous leur aspect scientifique », précise Hélène Mejean, directrice de la communication de l’UIC. Les petits films réalisés par les étudiants et Capa et montés par l’agence de production, seront dévoilés le 24 février 2017 au Village de la Chimie, au Parc Floral de Paris. Une course sera ensuite ouverte sur les réseaux sociaux pour déterminer quel film aura le plus de succès.

Chimistes et journalistes, le duo gagnant

Initialement réservée aux étudiants en chimie, l’aventure a été ouverte dès la deuxième édition aux apprentis journalistes. Une coopération qui s’est tout de suite révélée bénéfique, les compétences des deux profils étant complémentaires. « Le secteur de la chimie est méconnu, explique Hélène Mejean. On ne vend pas des choses concrètes comme des voitures mais des molécules qui vont se retrouver dans les habits, les médicaments, etc. En intégrant les journalistes, les étudiants en chimie se rendent compte qu’il faut être pédagogue pour mieux communiquer. D’un autre côté, les jeunes journalistes viennent avec des idées reçues et s’aperçoivent très vite qu’ils peuvent parler positivement du monde de la science. »

Chaque équipe est ainsi constituée d’un étudiant en chimie et d’un autre en journalisme. La particularité de ces duos est qu’ils ne se connaissent pas. Ils se rencontrent pour la première fois lors de la journée de présentation du programme dans les locaux de Capa. En effet, les étudiants ne peuvent pas choisir leur binôme. C’est l’équipe des castings qui détermine les duos en fonction de l’âge et des caractéristiques de chacun. La collaboration se passe généralement très bien. « Avec mon partenaire, nous sommes très différents mais c’est ce qui a fait notre force. On s’est très bien entendu et on se complétait », témoigne Marie Lefranc, étudiante en 2e année à l’Institut Européen de Journalisme, qui a participé à la 5e édition du Chemical World Tour.

marie-ilyess-chemical-world-tour

Contrairement aux apparences, Marie Lefranc s’est très bien entendue avec son partenaire Ilyess Adroug.

A la découverte des entreprises du futur

Deux semaines après leur sélection, les étudiants étaient conviés dans les locaux de Capa pour leur expliquer le déroulement de l’aventure, réaliser des vidéos de présentation et les shooting photos. « A partir de là, tout s’est passé très vite », se souvient Marie Lefranc qui a travaillé sur le thème de l’agriculture connectée. Ils ont ensuite été encadrés par une journaliste pour préparer le reportage, déterminer les angles, écrire la feuille de route. « Nous avons eu un gros travail de préparation en amont. Il fallait que tout soit parfait avant le jour de visite de l’entreprise, précise l’étudiante. Le rythme était assez intense car nous avions dans le même temps les cours à l’école et j’ai pour ma part un job à côté. » S’enchaînait ensuite une journée de tournage très intense.

« C’est la première fois que je réalisais un reportage dans ces conditions. C’était très excitant. Et finalement, je me suis sentie à l’aise dans l’exercice. Cela m’a confrontée dans l’idée de devenir JRI. »

Largement publiées sur les réseaux sociaux à partir du 24 février, les vidéos seront également diffusées dans les lycées, les salons et autres lieux pour faire la promotion de la science et de l’industrie auprès des jeunes.

chemical-world-tour-equipes

Comment participer à la 6e édition du Chemical World Tour ?

En plus d’être une expérience unique pour les étudiants, le Chemical World Tour permet aussi d’acquérir de nouvelles compétences et constitue un véritable atout sur son CV.

« Dès le tournage terminé, je me suis empressée de le marquer sur mon CV, raconte Marie Lefranc. Travailler avec l’agence Capa est un véritable plus. Dans le milieu, les journalistes savent que c’est une très bonne boite de production. Ce fut l’occasion pour moi de travailler avec des pros et de tester le métier de reporter. »

Si vous souhaitez participer à la prochaine session du Chemical World Tour, sachez qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une appétence particulière pour les sciences. Seul impératif : être curieux et motivé ! Il vous faudra remplir une fiche de candidature et envoyer une vidéo de présentation et de motivation. Après une première pré-sélection, l’équipe de recrutement vous proposera un entretien Skype « pour voir comment vous vous comportez devant une caméra ». Au final, il ne restera plus que 10 étudiants (5 en chimie et 5 en journalisme). Pourquoi pas vous ?

Visionnez les reportages des cinq équipes sur la chaîne YouTube du Chemical World Tour.

Mélodie Moulin

Découvrir notre dossier sur le journalisme

evolution journalisme ecole devenir journaliste orientation culture formations

En savoir plus
Article précédent Article suivant