Journaliste de l’ombre, le chef d’édition fait le lien entre la rédaction et les équipes techniques pour le bon déroulement d’une émission télévisée. Témoignage de Stéphanie Chardavoine, journaliste à iTélé.

Métier spécifique à la télévision, le chef d’édition est le garant de la bonne organisation d’une émission. Présent du début à la fin, il participe à l’élaboration du conducteur, supervise la mise en image des sujets et dirige les équipes techniques depuis la régie lors du direct.

Les fonctions du chef d’édition

Sa première mission est de construire en concertation avec le rédacteur en chef et le présentateur le squelette de l’émission. « Chaque matin, nous définissons les sujets que nous aborderons dans l’émission, les angles et l’ordre de passage. En plus de notre veille sur l’actualité, nous pouvons nous aider des pré-notes rédigées par l’équipe de nuit et des sujets déjà prêts », précise Stéphanie Chardavoine, chef d’édition pour la matinale à iTélé.

Il contrôle ensuite la mise en image de l’émission et peut demander à son assistant de monter des offs. Enfin, il suit l’enregistrement en direct depuis la régie où il dirige les équipes techniques. « Je m’assure que les images partent au bon moment afin que l’antenne soit de la meilleure qualité possible et que les temps sont respectés. Je parle aussi constamment au présentateur dans son oreillette pour lui faire les décomptes et lui donner des informations, dont les nouvelles de dernières minutes », raconte la jeune journaliste de 28 ans. Acteur de l’ombre, il joue ainsi le rôle de bouée de sauvetage pour le présentateur qui, lui, s’adresse à des milliers de téléspectateurs.

Si Stéphanie Chardavoine regrette de « ne pas faire de terrain », elle apprécie sa fonction de manager et le fait de travailler pour l’information généraliste. Selon elle, « l’édition est très formatrice puisqu’elle permet d’apprendre le montage des images. J’ai toujours voulu faire de l’antenne et le fait d’être chef d’édition me permet de savoir comment ça marche de l’autre côté des caméras. »

chef-edition-journalisme-regie

Le chef d’édition surveille le lancement des images pendant l’émission depuis la régie. © Franck Lalanne

Les qualités du chef d’édition

Avant tout journaliste, le chef d’édition doit posséder les qualités qui incombent à sa profession : curiosité et goût pour l’actualité, entre autres. « Il faut aussi être très travailleur, persévérant et motivé, ajoute la journaliste. Il est nécessaire d’être ultra réactif lorsqu’une nouvelle information arrive pour la traiter le plus rapidement possible tout en vérifiant sa véracité. » Ajoutons à cela une organisation sans faille, une bonne coordination et des capacités de manager et vous obtiendrez le profil type du bon chef d’édition.

Comment devenir chef d’édition ?

Bien qu’il n’aille pas sur le terrain pour réaliser des sujets, le chef d’édition doit savoir utiliser une caméra et maîtriser les logiciels de montage (« A iTélé nous travaillons sur Dalet »). Il sait aussi analyser rapidement les informations et les hiérarchiser en fonction de leur importance. Des capacités qui s’acquièrent notamment en école de journalisme. Il est d’ailleurs recommandé de suivre une formation spécialisée dans la télévision, couplée à quelques années d’expériences professionnelles.

Pour atteindre cette fonction, Stéphanie Chardavoine a suivi un master 1 en Langues étrangères appliquées (LEA) à l’université de Nice puis à la Sorbonne à Paris avant d’intégrer l’Institut Européen de journalisme (IEJ Paris) en 3e année. « C’était important pour moi d’acquérir une certaine maturité et une bonne culture générale avant d’entrer dans une école de journalisme », estime la jeune femme. Elle a poursuivi par un Mastère Radio/Télévision dans la même école afin d’apprendre les aspects techniques de la profession : comment enregistrer du son et utiliser une caméra, comment monter des images, etc. Pendant sa formation, elle a effectué divers stages à Infosport+ et iTélé. Après plusieurs mois en tant que pigiste pour les deux chaînes (elle présente notamment la matinale d’Infosport+ pendant l’été) et un poste en tant qu’assistante d’édition à iTélé, elle est promue au poste de chef d’édition pour la matinale. En parallèle, elle est chroniqueuse sport pour la même chaîne d’information continue.

Le conseil de Stéphanie Chardavoine, chef d’édition à iTélé : « Le journalisme est un métier dur mais il faut s’accrocher »

« J’ai toujours voulu faire du journalisme. Mon père écoutait tout le temps les journaux et m’a donné le goût de l’information. On m’a dit que je n’y arriverais pas, que c’était un secteur bouché. Ce qui n’est pas tout à fait faux. Ce n’est pas comme en médecine où l’on sait qu’à la fin de nos études on aura un job presque assuré. Mais avec l’envie, la motivation et un bon réseau, on peut y arriver. Il ne faut pas désespérer. Si l’on n’a pas de carnet d’adresses, on peut s’en faire un à travers nos stages et avec l’aide de notre école. C’est comme ça que j’ai pu entrer à Infosport+ puis à iTélé. »

Mélodie Moulin

Voir notre dossier sur le journalisme

evolution du journalisme culture formations

En savoir plus
Article précédent Article suivant