L’advertpayment permet de lire gratuitement des articles payants. La contrepartie : regarder jusqu’au bout une publicité vidéo. Cette méthode séduit de plus en plus les internautes.

La lecture commençait bien : le sujet était passionnant, l’écriture fluide et les informations pertinentes. Seulement, au bout de quelques lignes, un message annonce que je ne peux pas poursuivre la lecture à moins de m’abonner ou de payer l’article. Quelle frustration ! Soupir. Moment d’hésitation. J’aimerais vraiment savoir la suite… Mais l’idée de payer du contenu sur Internet a quelque chose de rebutant. Tant pis ! Comme la plupart des Internautes, j’appuie sur la croix rouge, reléguant aux oubliettes ce contenu de qualité.

La monétisation des contenus, le casse-tête des éditeurs

Depuis l’arrivée d’Internet, les éditeurs de sites en ligne cherchent leur business model. Jusque-là revenu majoritaire, la publicité connait des jours difficiles. 36 % des internautes français la jugent envahissante, voire intolérable, et se sont équipés d’un adbloqueur pour ne plus la voir. Résultat : une perte de revenu estimée à 64 millions d’euros en 2016 chez les éditeurs de site web français. Pour lutter contre les adblocks, plusieurs solutions ont été proposée comme par exemple l’advertgaming. De leurs côté, pour continuer à fournir d’articles de qualité, les médias ont mis en place un système de contenus premium, c’est-à-dire accessible en payant un abonnement. Ce business model se révèle toutefois difficile à monétiser, le web demeurant le terrain du gratuit.

Pour pallier à cette barrière du payant, la start-up View Pay propose aux internautes depuis 2011 de faire un choix pour pouvoir lire l’article : payer ou regarder un clip publicitaire. C’est ce que l’on appelle l’advertpayment. Ce modèle est né dans l’univers des jeux vidéo avec l’In-App Advertpayment Solution qui consiste à proposer des récompenses virtuelles (une nouvelle vie ou des nouveaux objets) contre une publicité vidéo de 30 secondes.

L’advertpayment, une solution win-win

Cette alternative à l’abonnement payant semble séduire les internautes français selon une étude menée par 366, régie de la presse quotidienne régionale, et ViewPay. Ainsi, 87 % des surfeurs déclarent préférer visionner une publicité en échange de l’accès gratuit à un contenu. Le modèle freemium est d’ailleurs largement majoritaire sur la toile. Seuls 1 à 2% des internautes paient pour des contenus. L’advertpayment se positionne alors comme une solution gagnant-gagnant : l’internaute bénéficie d’un contenu de qualité sans débourser un centime, l’annonceur gagne en visibilité puisque la publicité est proposée même aux utilisateurs d’adblocks et est consommée de manière consentie et choisie, et les éditeurs ont un moyen de monétiser leur contenu. Reste maintenant à savoir si ce format va réellement réconcilier les internautes avec la publicité…

Mélodie Moulin

Découvrez notre dossier sur les évolutions de la communication

evolution communication orientation ecole culture formation

En savoir plus
Article précédent Article suivant